Haut de page

Logo préfècture région

 Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
La sécurité des personnels d’exploitation
 

Contenu

 
 
 

La sécurité des agents de la DIR Méditerranée mise à l’épreuve

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 janvier 2016

La fin d’année 2015 aura été particulièrement éprouvante pour la sécurité des personnels de la DIR Méditerranée, gestionnaire des autoroutes et routes nationales non concédés : deux accidents spectaculaires, les 9 et 12 décembre derniers, auraient en effet pu avoir des conséquences dramatiques pour ses agents, respectivement sur les secteurs d’Aix-en-Provence et Arles.

Dans le premier cas, c’est un fourgon de la DIR assurant la protection de véhicules accidentés qui s’est fait percuter par une voiture folle remontant à vive allure la bande d’arrêt d’urgence. L’un des deux agents de la DIR en action s’est retrouvé bloqué, durant de très longues minutes, entre le fourgon percuté et la glissière de sécurité, le temps d’être désincarcéré par les pompiers, faisant craindre des blessures d’une très importante gravité. Il s’en sort avec une double fracture du fémur et plusieurs mois de consolidation et de rééducation. L’autre agent en patrouille a également été choqué. Le bilan humain aurait pu être beaucoup plus lourd.

Scénario voisin dans le second cas, samedi 12 décembre sur la RN 572 en sortie d’Arles : deux fourgons de la DIRMED, équipés pourtant de flèches lumineuses protégeaient un accident de véhicules légers lorsqu’ils ont été pulvérisés par un 38 tonnes en transit. Il n’y a pas à déplorer de blessé, mais le choc psychologique a été bien réel.

Ces deux accidents posent à nouveau la question de la sécurité des personnels en intervention, moins de trois mois après l’opération de sensibilisation menée le 15 septembre 2015 sur la RN 113 par la DIR, en présence du sous-préfet d’Arles. Cette opération, qui visait les usagers en infraction à proximité d’un chantier, avait pour objectif de leur rappeler les conséquences parfois irréversibles pour les personnels, des infractions au code de la route : excès de vitesse, téléphone au volant, dépassement dangereux, autant de menaces de mort pour les agents qu’on frôle au bord des routes.

Au total, ce sont sept agents qui ont été touchés en quatre jours, dont trois n’ont pu reprendre leur travail, et trois fourgons détruits : ce bilan vient alourdir le constat fait au plan national d’une augmentation du nombre et de la gravité d’accidents en intervention, notamment depuis 2013.

Les hommes de la DIR Méditerranée travaillent pour vous sur les voies ou aux abords. Leur sécurité, comme la vôtre, dépendent de votre manière de conduire.
Pensez-y…

Semaine Sécurité des Agents des Routes - Les actions de la DIR Méditerranée

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 octobre 2015 (modifié le 23 novembre 2015)

La semaine nationale de la Sécurité des agents des DIR aux abords des chantiers s’est déroulée, cette année, du 14 au 18/9/2015.
L’actualité récente, avec les deux accidents ayant frappé des agents des DIR Nord et Est, démontre malheureusement la nécessité d’intensifier encore les actions de sensibilisation des usagers à la sécurité de nos agents sur la route.
Cette campagne renouvelée chaque année depuis 6 ans, a concentré, sur une semaine, une série d’actions menées dans chacune des DIR avec le concours des forces de l’ordre.

_

Au plan national, elle s’est traduit par :

- un partenariat avec Radio France pour la diffusion régulière d’un spot radio sur les ondes de France Info et France-Bleue, un rappel du message sur la sécurité des agents des routes lors des points trafics réguliers faits par le PC mobilité de Radio-France,
- un partenariat avec l’ASFA (Association des Sociétés Françaises d’Autoroutes) pour la diffusion du même spot radio
http://intracom.metier.i2/campagne-securite-des-agents-routiers-diffusion-d-a2379.html
- un relais sur le web
- une ré-activation de l’affichage des panneaux 4 par 3 "Ne rendons pas son métier mortel" en bord de RRN.

_

De son côté, la DIR Méditerranée (DIRMED) a mené trois actions de sensibilisation des usagers dans chacun de ses trois districts.
Toutes trois ont bénéficié d’un large soutien des forces de l’ordre, autorisées par le procureur de la République concerné, à ne pas verbaliser les infractions mineures et d’un bon relais de la presse
locale.

L’action du District Urbain (aire de Marseille, de Martigues et plaine de la Crau) s’est tenue le 15/9/15 matin, sur l’aire des Cantarelles, au bord de la RN 113 où le gérant de la station Total avait réservé un espace pour la tente de la DIR Méditerranée et l’exposition d’un fourgon endommagé ainsi qu’un lieu de stationnement des poids lourds et véhicules légers interpellés. Il avait également mis à disposition eau et électricité.

Le centre d’exploitation et d’intervention (CEI) de St Martin de Crau organisait un chantier d’entretien des dépendances vertes et bleues en amont de l’aire, avec neutralisation de la BAU mais pas de limitation de vitesse, la zone étant déjà limitée à 90 km/h. Outre le responsable du centre, six agents du CEI, participaient à l’opération.
Le commissariat d’Arles avait mobilisé une dizaine d’agents pour contrôler la vitesse des usagers depuis le pont surplombant le chantier, pour surveiller les comportements à risque (téléphone, distances de sécurité, dépassements,…) au moyen de véhicules banalisés et interpeller les usagers en infraction pour diriger ceux qui le souhaitaient vers l’aire des Cantarelles et la tente de la DIRMED.
Une quinzaine d’infractions ont été relevées au cours de la matinée dont six commises par des poids-lourds (6 véhicules légers (VL) en excès de vitesse, 1 chauffeur de PL téléphonant au volant, 5 PL en dépassement interdit, 3 VL en dépassement sans clignotant). Aucune n’a été verbalisée, tous les usagers interpellés ayant préféré la sensibilisation à la sanction.
Sous la tente DIRMED, ils regardaient le film réalisé par le ministère sur le métier de patrouilleur et ses dangers, dialoguaient avec nos agents présents ce qui permettait à ces derniers d’attirer leur attention sur les risques que des infractions même mineures peuvent leur faire courir. Une plaquette sur la conduite à adopter aux abords des chantiers, réalisée en interne, leur était également commentée et remise.
Le sous-préfet d’Arles était présent ainsi que le directeur de la DIRMED, son adjoint en charge de l’Exploitation et le responsable du District Urbain.
Le CRICR Méditerranée était également associé à cette action, avec la présence de son co-directeur adjoint aux Transports et sa chargée de communication, qui ont ainsi pu enrichir la sensibilisation des usagers de rappels sur la sécurité routière.
Des journalistes de la Provence, édition d’Arles, ont rédigé l’article ci-joint et France Bleue Provence a interviewé en direct à l’antenne le responsable du District Urbain, le lendemain à 7h15. Il a ainsi pu exposer les préoccupations de sécurité de ses agents qui animent la DIRMED lorsqu’elle organise de telles manifestations.
Article_de_La_Provence-16-9-2015 (format pdf - 208.9 ko - 28/10/2015)

Au District Rhône-Cévennes (DRC), la sensibilisation s’est tenue le 16/9/15 matin, sur la RN 86, entre Bagnols sur Ceze et Pont St Esprit (30).
Le CEI de La Croisière avait disposé un chantier d’entretien des accotements, avec un alternat réglé par feux en amont de l’aire de Roquebrune, sur la commune de ST ALEXANDRE. Outre le responsable du centre, 7 agents du CEI participaient à l’opération dont 2 sur le chantier.
Les brigades de gendarmerie de Bagnols sur Ceze et Pont St Esprit avaient mis à disposition cinq agents pour surveiller les comportements à risque aux abords du chantier et appréhender les usagers en infraction pour diriger les volontaires vers la tente de la DIRMED, devant laquelle un fourgon endommagé (de La Croisière) était exposé.
En moins de trois heures, 36 infractions ont été relevées : 23 franchissements de feux rouges (dont 1 PL et un transport exceptionnel de bateau avec sa voiture pilote), 5 excès de vitesse (4 VL et 1 moto), 5 téléphones au volant (4 VL et 1 utilitaire), 3 dépassements dangereux (2 VL et 1 utilitaire). A cela s’ajoute un usager qui, ayant remonté la file d’attente, a brûlé le feu de chantier, a fait demi-tour lorsqu’un gendarme a voulu l’arrêter et a pris la fuite. Son numéro a pu être relevé et des poursuites engagées. A noter que trois usagers, contestant leur infraction, ont refusé la sensibilisation de la DIRMED et ont donc dû être verbalisés.

Sous la tente de la DIRMED où le responsable du DRC, menait la sensibilisation avec trois agents (dont ceux accidentés dans le fourgon exposé), trois IDSR (inspecteurs départementaux, de sécurité routière) de la DDTM 30 complétaient le dispositif et permettaient aux usagers de tester leurs connaissances en matière de sécurité routière.
Le maire de la commune de ST ALEXANDRE et deux de ses adjoints ont rendu visite à toute l’équipe.
Côté presse, un journaliste d’Objectif Gard, une journaliste du Midi Libre et une journaliste de France Bleue Gard Lozère étaient présents (articles et reportages ci-joints).
Article_du_Midi_Libre-18-9-2015 (format pdf - 463.4 ko - 28/10/2015)
Article d’Objectif Gard_2015_09_16_ (format pdf - 923.5 ko - 28/10/2015)

La sensibilisation, au District des Alpes du Sud (DADS), se déroulait le 17/9/15 matin sur l’aire de PIERRE-CHATEL (38), sur la RN 85.

Le CEI de La Mure avait mis en place un chantier de fauchage avec empiétement sur la chaussée et limitation de vitesse à 70 km/h. Trois agents et un chef d’équipe y travaillaient et deux chefs d’équipe et deux agents participaient à la sensibilisation des usagers sous la tente DIRMED.
Cinq gendarmes de la compagnie de gendarmerie de La Mure et deux motards de la brigade motorisée de Pont-de-Claix avaient été mis à disposition pour assurer la surveillance du chantier depuis un fourgon de la DIRMED et appréhender les usagers en infraction.

A une exception près, verbalisée pour excès de vitesse et franchissement de ligne blanche, les 13 personnes arrêtées l’ont été pour excès de vitesse. Une grande majorité d’entre eux a déclaré n’avoir pas vu le panneau de limitation à 70km/h positionné avant le début du chantier et certains n’avoir pas même vu le chantier lui-même…

La pluie s’est invitée en fin de matinée, impliquant un repli des intervenants sous la tente de la DIRMED où se déroulait la sensibilisation des usagers menée par les quatre agents du CEI de La Mure, le responsable du DADS et en présence du directeur adjoint en charge de l’Exploitation et du maire de PIERRE-CHATEL.

Une équipe de FR3 Alpes a réalisé un reportage assez complet de l’opération et le Dauphiné Libéré a également envoyé une de ses journalistes se faire mouiller avec nous !

Article_Dauphine_Libere (format pdf - 183.5 ko - 28/10/2015)

_

L’importance de ce type d’opération n’échappera à personne puisqu’elle touche à un problème crucial : celui de la sécurité des agents de la DIR Méditerranée dans l’exercice de leurs fonctions.
C’est l’occasion, pour les agents participant à ces actions, de parler en direct aux usagers de leur sécurité et des risques qu’ils leur font prendre en ne respectant pas la réglementation aux abords des chantiers. Et lorsque, comme cette année, les actions sont bien relayées par les médias, l’impact sur le public est démultiplié.

Campagne de sensibilisation

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 15 octobre 2007 (modifié le 5 octobre 2010)

Pour garantir à leurs usagers les meilleures conditions de circulation, les services routiers de de l’Etat doivent entretenir, maintenir et améliorer en permanence les réseaux qui leur sont confiés.

Des chantiers de travaux sont donc régulièrement mis en place. Ils peuvent constituer une gêne passagère à la circulation car ils obligent les automobilistes à ralentir et à suivre les consignes de sécurité pour ne pas mettre leur vie en danger ainsi que la vie de ceux qui interviennent pour réaliser les travaux.

Face à la persistance des risques encourus par les personnels d’exploitation des routes et autoroutes aux abords des chantiers, les partenaires de la route ont décidé d’unir leurs efforts pour sensibiliser les Français à cette insécurité routière.

« Si on vous demande de ralentir aux abords d’un chantier, c’est qu’il y a une bonne raison. »

Ces actions visent à sensibiliser les usagers de la route aux risques qu’ils encourent aux abords des chantiers et aux risques encourus par les personnels d’exploitation lorsque les vitesses autorisées à l’approche et le long des chantiers ne sont pas respectées.


Télécharger :

 
 

Pied de page

Site mis à jour le 13 décembre 2016
Plan du siteInfo légalesCrédits photosContactez-nous | Authentification | Flux RSS